top of page
  • dylankets

Comment choisir son chien ?

Dernière mise à jour : 9 avr.

Bonjour à tous !


Une future adoption d'un chien ou d'un chiot qu'elle soit actée auprès d'un éleveur ou auprès d'une association n'est pas un acte anodin, elle implique une TRÈS grande responsabilité et de grands bouleversements dans votre vie.


En tant qu'éducateur comportementaliste canin je tenais à aborder ce sujet afin de vous faire part de mon point de vue, ainsi que des questions à se poser avant de franchir le cap.


Acheter ou adopter ?

Je tenais à dire qu'il n'y a pas de bon ou de mauvais choix. Il est tout à fait possible de faire le choix d'adopter un chien en refuge, pour acheter un chiot dans un élevage quelques années plus tard. Que vous préfériez adopter un chien en association ou acheter un chiot dans un élevage, c'est OK, ne vous laissez pas culpabiliser par qui que ce soit si vous choisissez un chiot en élevage. Alors oui, en France il y a toute les minutes des animaux abandonnés...notre pays à le triste record des abandons en Europe, si les législations changeaient cela pourrait probablement diminuer ce chiffre, mais c'est un autre sujet.

Mais chacun d'entre nous a ses raisons de préférer acheter un chiot plutôt qu'adopter, personnellement j'ai fait les deux et je ne regrette aucun de mes choix, en revanche avec le recul et les connaissances acquises (après), je m'y serais pris différemment et voici pourquoi.


Bien se renseigner

Pour une future adoption d'un chien via une association, il est TRÈS important de se renseigner sur celle-ci. Beaucoup, voire énormément d'associations font ce qu'elles peuvent avec les moyens qu'elles ont, j'admire certaines pour le travail qu'elles accomplissent, tandis que d'autres sont tout bonnement des mouroirs pour ces pauvres animaux.

Renseignez vous par vous-mêmes, allez voir de vos propres yeux les conditions de détention, l'hygiène des locaux. Il est possible d'écouter le bouche à oreille autour de vous ou encore de lire les différents avis. Les avis peuvent diverger, c'est pourquoi renseignez vous correctement, car il n'y a pas de fumée sans feu.

Le personnel et les bénévoles connaissent en général bien les animaux qui y sont, posez des questions sur leur passé (quand cela est possible, car bien souvent, leur passé est inconnu), sur leur tempérament.

En revanche ne vous laissez pas influencer par les associations quant à une future adoption, réfléchissez bien. Car bien souvent les associations souhaitent à tout prix faire adopter un chien, hors parfois le chien ne correspond pas au foyer (mode de vie, rythme de vie, composition du foyer), et cela ne rend pas service au chien.


Il faut garder en tête que le chien ou le chat peut avoir un tout autre comportement au refuge que chez vous, et c'est tout à fait normal ! Ce sont des êtres vivants dotés d'une sensibilité et d'émotions, tout comme nous !


De plus, je tiens à dire un mot au sujet des chiens en provenance de Roumanie. En Roumanie, les chiens sont en majorité considérés comme des nuisibles et des campagnes d'éradication sont en vigueur les concernant. Les chiens évoluent en liberté et considèrent l'homme comme un danger (mes propos sont à nuancer, car ce n'est pas le cas de tous les chiens). Mais un chien qui a été pourchassé, et luttant pour sa survie est soudainement capturé et emmené dans un autre pays (avec souvent plusieurs jours de route, enfermé) et qui est ensuite adopté par un foyer qui n'a aucune connaissance, sur les besoins éthologiques du chien et ses codes de communication; eh bien cela créé bien souvent des problèmes avec de l'agressivité. Je ne doute pas du bien fondé de ces associations


"Mani" American Staffordshire Terrier adopté à la SPA


Tout comme pour les associations, on se renseigne sur le ou les élevages où l'on souhaite acheter son chiot.


Selon moi, un bon élevage est un élevage qui :

  • A un programme de sélection, il est passionné, j'entend par là qu'un bon éleveur ne va pas privilégier les critères beauté au détriment des critères de bien-être et comportementaux. Qu'un éleveur fasse des concours afin d'avoir un jugement extérieur, que son travail soit reconnu et se faire connaître est normal, mais attention aux dérives (consanguinité, problèmes de santé héréditaires, problèmes comportementaux). Car c'est l'interprétation des humains, des juges qui mènent aux modifications opérées au fil du temps, qui ont donné lieu à des races avec des hypertypes. Hypertype : accentuation à l'extrême de traits distinctifs propres à une race, comme par exemple

  • des bouledogues français, anglais, des carlins qui sont incapables de respirer convenablement

  • des cavaliers King Charles ne possédant pas une boîte crânienne de taille suffisante pour leur cerveau, ce qui provoque d'atroces souffrances

  • des Shar-peïs avec tellement de plis que sa peau les démange, s'infecte, sans pouvoir y remédier, et simplement subir Malheureusement les exemples ne manquent pas, ce culte du "beau" poussé à l'exagération est un véritable fléau dans le monde de l'élevage canin et félin ! Tout cela au détriment de la santé et du bien-être de l'animal...

  • N'élève pas une multitude de race qui n'ont rien à voir les unes avec les autres (par exemple : bergers australiens, chihuahua, setter irlandais, golden retriever). Une ou deux, voire trois races (idéalement du même groupe, comme par exemple des races du groupe 1 : chiens de berger) est un bon indicateur.

  • Fait des tests génétiques et les tests de santé obligatoires à la race en question. Certains tests ne sont pas obligatoires mais certains éleveurs font des tests supplémentaires/complémentaires et c'est un vrai plus.

  • A de solides connaissances des codes canins et sur l'éthologie du chien (science du comportement), si un éleveur vous parle de dominance, de hiérarchie...fuyez !!! Il n'est clairement pas à jour dans ses connaissances !

  • A des locaux propres

  • Va poser des questions sur le potentiel futur foyer du chiot, et ne fera pas de discours de vente pour vous convaincre de partir dès que possible avec l'animal.

  • Où les parents (la mère au minimum) sont visibles et qui sont auprès des chiots. La mère enseigne aux chiots des auto-contrôles et les codes de communication, sa présence avec les chiots est indispensable aux différents apprentissages.

  • Fait évoluer les chiots dans différents environnements, avec différentes espèces. Un chiot évoluant dans un environnement pauvre en stimulation sera un chiot qui présentera des réactions de peur à chaque stimulus excédant son seuil de tolérance. De plus une mère stressée augmentera les chances d'avoirs des chiots craintifs, réactifs, déséquilibrés émotionnellement.

  • Ne laisse pas partir les chiots avant 10-12 semaines (le délai légal est de 8 semaines, mais il est préférable que son départ s'effectue un peu plus tard). L'excuse : "la mère le rejette, il faut venir le chercher sinon cela va vous coûter plus cher" je trouve que c'est un manque de professionnalisme et inacceptable.

  • Ne vend pas ses chiots sur Leboncoin ou les réseaux sociaux.

  • N'expose pas ses chiots au salon du chiot ! Ils reviennent en puissance ces derniers temps, à nouveau la période...Un éleveur digne de ce nom, n'expose pas ses chiots dans ces endroits bondés, anxiogènes, remplis de personnes capables d'adopter un chiot sur un coup de tête (en même temps, c'est le but de ces lieux !!!).

  • A une liste d'attente


Vous êtes en droit de poser des questions, soyez suspicieux. Il y a tellement de dérives, de trafic, de personnes malhonnêtes, qu'il est indispensable de bien se renseigner et pour le bien-être et la survie de certaines races (tel que le Dobermann, une race chère à mon cœur) de boycotter ces élevages usines, ces élevages amateurs (encore une fois des personnes pas formées qui jouent aux apprentis sorciers ou encore se prennent pour Dieu dont les conséquences peuvent êtres absolument désastreuses pour le chien et son futur foyer).


Encore une fois, tout n'est pas blanc ou noir, certains élevages vendent leurs chiots sur certains sites, ou n'ont pas ou pas encore de liste d'attente et peuvent se révéler être de bons élevage.


L'information est une arme qui vous aidera de bien des manières, n'hésitez pas à vous faire aider d'un professionnel.


"Stalone" Bouledogue Anglais


Le choix d'une race est déterminant pour votre vie et celle de votre chien !

Les chiens ont été au fil du temps sélectionnés pour leur capacité, ce qui à créer des races spécifiques, elles avaient une utilité (chasse, protection, garde, troupeautage, transport). Depuis les chiens n'ont plus l'utilité pour laquelle ils ont été crées, cependant leurs patrons moteurs sont toujours présents dans leur gènes, ils font leur apparition à l'adolescence en général.

Si le chien n'a pas la possibilité d'exprimer les patrons moteurs liés à sa race, ce pour quoi il a été créé, eh bien cela fait apparaître des comportements substitutifs et des troubles comportementaux qui en général ne conviennent pas du tout aux familles ! C'est lorsque le chiot grandit et majoritairement au commencement de l'adolescence (6 - 16 mois selon les races) que les patrons moteurs propres à la race apparaissent, c'est souvent à cette période que les propriétaires se retrouvent perdus face à ces comportements pourtant tout à fait normaux et que les chiens finissent abandonnés et/ou avec des troubles du comportements.

On ne choisit pas un chien, un chiot, cette race parce qu'on la trouve belle, il est primordial de se renseigner. Un éleveur connaît ses chiens, ses chiots et saura vous renseigner, vous diriger vers un chiot plutôt qu'un autre, voie même vous déconseiller telle ou telle race de chien, et il est important de savoir écouter et d'entendre ces conseils !


Un chien de berger issu d'une lignée de bergers actifs restera toute sa vie un berger actif, même sans berger, même sans moutons, même sans bergerie et même si vous l'éduquez.

Audrey Ventura "Le chien cet animal qui nous échappe"


"Boy" Croisé Border Collie


Les éleveurs ont aussi leur part de responsabilité à ce sujet, on ne confie pas un chien ou un chiot à n'importe qui. D'autant plus si le chiot est issu d'une lignée spécifique ou de travail. Si la future famille n'a pas les connaissances, le temps, les capacités de gérer de telles caractéristiques génétiques, c'est diminuer fortement les chances du chien de rester au sein du même foyer toute sa vie.

Adopter un chien est une décision qui ne doit pas être prise à la légère, sur un coup de tête.


Prendre un second chien ?

C'est une question qui revient souvent. Beaucoup de personnes imaginent que leur chien s'ennuie, a besoin d'un ami pour lui tenir compagnie, il s'agit d'une projection de ce que l'humain veut, car, le chien, lui, ne demande rien !

L'amour qu'un humain peut donner est parfois tellement immense, qu'il ressent le besoin d'avoir plusieurs animaux, donc plusieurs chiens.

Le chien est une espèce sociale, comme pour nous, ils ont besoin d'avoir une vie sociale, de rencontrer d'autres chiens tout au long de leur vie (à condition d'avoir un chien correctement sociabilisé et équilibré), mais de là à partager son foyer avec un nouveau venu pour le restant de ses jours, c'est complètement différent.

Certains chiens accepteront sans problème, d'autres avec plus de réticences, pour d'autres cela aura un effet positif ou inversement.

Alors pourquoi pas ? Le plus important est de bien connaître votre chien et de se poser les bonnes questions avant de franchir le cap. N'hésitez pas à prendre conseil auprès d'un professionnel.


"Mani" et "Raya" American Staffordshire Terrier


Maison ou appartement ?

Qu'il s'agisse d'une maison avec jardin ou d'un appartement, la façon et le temps dédié à notre compagnon vont être les critères déterminants et non le lieu de vie !

Avoir une maison avec jardin n'est pas une raison valable et suffisante pour se dire, c'est bon, je peux adopter un chien.

Si le chien ne sort jamais à l'extérieur du terrain attenant la maison, cela n'a aucun intérêt ! Il a besoin de voir, de sentir, de rencontrer, de courir et tout cela doit se faire à l'extérieur.

Le jardin devient même une cause de "flemme", il ne fait pas beau : mettons le chien dans le jardin, je n'ai pas le temps : mettons le chien dans le jardin, le chien détruit : mettons le chien dans le jardin.

Vivre en appartement avec un grand chien ne veut pas dire que le chien est malheureux, tant que l'animal est sorti plusieurs fois par jour, qu'il se dépense, qu'il n'est pas laissé seul du matin au soir, il n'y a pas d'inconvénient à avoir un chien dans un appartement ! Evidemment plus le chien est grand, plus il aura besoin d'espace, donc on évite les dogues allemands dans un studio de 20 m2 ! C'est une question de bon sens.


Quelques questions à se poser


Ai-je suffisamment de temps pour m'occuper de lui ? Le sortir plusieurs fois par jour ?

Suis-je prêt à le sortir peu importe la météo ?

Suis-je prêt à ne plus pouvoir faire de grasse matinée temporairement, voire définitivement ?

Suis-je prêt à prendre mon chien en vacances ? A prévoir le budget nécessaire pour le faire garder si je ne l'emmène pas ? Est-ce que j'ai une personne de confiance à qui le confier en cas de besoin ? pendant plusieurs jours ?

Suis-je prêt à assumer les frais ? vétérinaire, nourriture, équipement (harnais, laisses, collier plat, manteau, caisse de transport, etc...), jouets, mastication, friandises, garde, comportementaliste.

Suis-je prêt à voir mon lieu de vie avec des poils ? Le voir se salir plus rapidement ? A nettoyer plus souvent ?

Suis-je prêt à avoir des dégâts à la maison ?

Est-ce que j'ai la possibilité de le sociabiliser à ses congénères ? à d'autres espèces ?

Suis-je prêt à le voir malade ? à l'accompagner jusque dans ses derniers instants de vie ?


Il s'agit de questions simples, mais pourtant on n'imagine pas l'impact du changement de vie que l'adoption d'un chien implique. On idéalise souvent l'arrivée du chien au sein de notre foyer, et bien souvent on réalise trop tard les conséquences, du/des choix qu'on a pu faire. Prendre des décisions à un instant T et réaliser que ce n'était pas le bon choix arrive tout le temps, et cela est normal, nous n'avons pas la science infuse ; mais ici nous parlons d'une décision qui implique un être vivant, avec des émotions, une sensibilité, donc réfléchissez bien, renseignez vous, posez des questions, votre futur chien vous en sera d'autant plus reconnaissant !


Je serais ravie de vous aider, de répondre à vos interrogations, vous aiguiller dans votre choix, vous prodiguer des conseils personnalisés en fonction de vos attentes, votre quotidien, votre foyer. N'hésitez pas à me contacter afin d'anticiper l'arrivée d'un futur compagnon !






Dylan, Ani Dream, Professionnelle de la relation humain/animal

Tous droits réservés, texte ©Ani Dream

136 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page